Immobilier: aller au-delà de la résidence principale?

Les baromètres de taux d’emprunt immobilier affichent une légère remontée en ce mois d’octobre 2013, après un été  qui  ne fut pas torride sur le plan immobilier mais durant lequel les banques ont amorcé une remontée de leurs conditions. Cette hausse pourrait, de l’avis général, continuer en cette fin d’année.

Plusieurs commentaires s’imposent toutefois. La remontée des taux, si elle est synonyme de cassure de tendance, est encore modeste, de l’ordre de 0.15% environ jusqu’ici et peut-être 0.10 à 0.15% supplémentaires d’ici la fin de l’année. Par ailleurs,  les bons dossiers reçoivent encore un accueil favorable et des conditions historiquement très compétitives. Ainsi, quand les moyennes ressortent à 3% sur 15 ans, les meilleurs dossiers bénéficient encore de taux hors assurance à 2.55/2.60%.

Dans un tel contexte, que pensez de l’investissement immobilier?

Imaginez la situation suivante. Vous avez eu l’opportunité d’acquérir votre résidence principale et celle-ci est désormais remboursée ou quasiment. En revanche, les revenus de votre travail ne vous permettent qu’une épargne modeste, qui n’apportera guère quand vous serez à la retraite.

Nous pensons qu’il est crucial de dépasser notre méfiance culturelle très française vis-à-vis de l’endettement et de bénéficier de l’effet d’aubaine actuel en matière de taux pour maximiser le levier de la dette et mieux investir en vue de la fin de vie active.

Les niveaux historiquement bas des taux se comparent en effet très favorablement aux taux de loyers dans de nombreuses régions et agglomérations et, sur une période longue, avec un effort financier marginal ou nul, vous pouvez souvent faire l’acquisition complète d’un bien à louer. A l’issue, le bien est à vous et les loyers attenants constituent un agréable complément de revenus.

Bien évidemment, on ne peut que conseiller de bien étudier son marché  et ses conditions d’acquisition, en privilégiant par exemple l’ancien avec travaux déductibles ou en se focalisant sur les petites surfaces qui sont source de diversification et de taux de loyers plus élevés. Le neuf avec régime fiscal favorable n’est pas à exclure mais apporter une attention particulière à la localisation et aux contraintes légales de loyers est fondamental. On se remémora nos conclusions sur les modalités de la Loi Duflot.

Songez à imiter nos amis anglo-saxons, et envisagez plus sereinement un investissement locatif en contactant un spécialiste du courtage en prêt immobilier d’Altaux-credit.com, qui pourra non seulement vous conseiller en toute indépendance pour votre éventuel crédit mais vous faire part de son recul de professionnel sur le marché immobilier locatif.

Show Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *